Le projet d’Evian

Le projet d’Evian

Le 16 mai 2014 par

Face au risque de pollution des nappes phréatiques, la société des Eaux Minérales d’Evian a souhaité, dès 2007, mettre en place un projet de méthanisation des effluents d’élevage des agriculteurs de la zone, afin de faire évoluer les pratiques d’épandages. La gouvernance du projet s’organise au travers de l’Association pour la Protection de l’Impluvium des Eaux Minérales d’Évian (APIEME) constituée des 13 communes du plateau situé en amont de la source et de la société des Eaux Minérales d’Évian. Le projet de méthanisation devrait pousser les agriculteurs à une meilleure gestion de leurs effluents pour obtenir une meilleure qualité du compost épandu.

 

Source :

Jan.2014 – Recueil des démarches d’écologie industrielle et territoriale, Orée, disponible sur le site d’Orée : http://www.oree.org/autres.html

 

Le projet de méthanisation-compostage, baptisé Terragr’eau, est unique en Rhône-Alpes. Il vise à protéger durablement les sources d’eau potable et minérale du pays d’Evian, les zones humides classées RAMSAR, tout en garantissant une agriculture performante. Une véritable dynamique collective s’est mise en place pour relever ce défi.

 

Le projet prévoit un méthaniseur et une unité de compostage à proximité de la déchetterie de Vinzier. Ces deux unités pourront traiter l’ensemble des déchets organiques du pays d’Evian, soit environ 30000 tonnes par an, composées de l’intégralité des effluents d’élevage (85% des déchets organiques), des déchets de la filière fromagère et des déchets verts issus des trois déchetteries.

 

Après l’analyse détaillée des offres, le choix du délégataire de service public s’est porté, lors du conseil du 25 novembre 2013, sur le groupement Serpol / Biovalis / Methanergy. Ce dernier se verra donc confier la conception et la construction du méthaniseur et la plate-forme de compostage, ainsi que l’exploitation des équipements pur une durée de 15 ans.

 

L’investissement pour la construction du méthaniseur s’élève à 9.3 millions d’euros répartis de la façon suivante : 1.299 M € à la charge du délégataire, 2.5 M € de financement par subventions, 5.5 M € à répartir entre le pays d’Evian (1/3) et le groupe Danone (2/3). L’équipement devrait être opérationnel en 2015.

La totalité du biogaz produit, soit 1 250 000 m3/an sera revendue et réinjectée dans le réseau de distribution de GrDF. Le projet permettra une réduction de 10 % des émissions totales de CO2 produites par l’activité agricole, soit 2000 t/ équivalent CO2 de moins chaque année rejetées dans l’atmosphère.

 

Sources :

http://www.pays-evian.fr/239-terragr-eau-methanisation-compostage-pays-d-evian.htm - consulté en mars 2014

Dossier de présentation du projet Terragr’eau : www.pays-evian.fr/include/viewFile.php ?idtf=1761&path=7c%2FWEB_CHEMIN_1761_1350287649.pdf

Fév. 2014 - http://www.lyon-entreprises.com/News/L-article-du-jour/2014-annee-du-decollage-de-la-methanisation-en-Rhone-Alpes,i56056.html

 

La population, sensibilisée, est plutôt favorable au projet dont elle comprend les enjeux. Les nuisances ont été limitées au maximum : le méthanisateur sera installé à proximité d’une déchèterie pour limiter les nuisances olfactives potentielles. Les agriculteurs en revanche adhèrent difficilement au projet, notamment en raison des impacts importants en termes d’organisation à mettre en place et de coûts. La communauté de communes est garante de l’équation du projet. Elle considère qu’un taux d’acceptation de 85% parmi les 57 agriculteurs du plateau sera le niveau nécessaire pour déclencher le passage en phase opérationnelle.

 

Source :

Ecologie industrielle et territoriale. Les collectivités actrices de la transition énergétique et écologique, GrDF, Editions Etd, Juin 2013