Nouvel article

Nouvel article

Le 22 avril 2014 par

Définition : Dans ce cas, les déchets, coproduits, effluents (eaux industrielles, ...), ou énergies fatales (vapeur, chaleur, ...) sont valorisés de façon à remplacer des ressources "neuves" (ressources naturelles, produits semi-finis, ...) dans le processus de l’entreprise émettrice ou d’une autre entreprise.

 

A l’image du fonctionnement des chaînes alimentaires dans le milieu naturel, une synergie de substitution constitue à remplacer un flux entrant neuf par un flux sortant d’une autre entreprise qui est mal ou pas valorisé.

 

Les entreprises peuvent réutiliser entre elles ou avec les collectivités, voire avec les particuliers, leurs résidus de protection. L’originalité de l’écologie industrielle réside dans la systématisation de ces échanges au sein d’un territoire.

 

Différents flux peuvent être considérés :

  • Les déchets et les sous produits solides sont amenés à changer d’image et de statut puisqu’ils représenteront à terme une part importante de matières premières pouvant être utilisées par les process industriels (on parle alors de matières premières secondaires).
  • Les effluents liquides et eaux de traitement peuvent également être utilisés. Un flux d’eau propre peut être remplacé par un flux d’effluents liquides si ces caractéristiques physicochimiques sont compatibles.
  • Les surplus d’énergie (vapeur, gaz d’échappement, chaleur) autrefois rejetés dans l’atmosphère, peuvent être utilisés à la place des combustibles fossiles.
  • Les flux de combustible fossile peuvent être substitués par un flux de combustible alternatif (issu de déchets par exemple).

Ce type de synergies peut permettre de faire diminuer les coûts d’approvisionnement ou les coûts de traitement pour un flux sortant.

Sur le plan environnemental, il peut permettre d’économiser des ressources non renouvelables et d’éviter les émissions de polluants et de déchets liés à la production des matières premières neuves qui ont été substituées.

Dans une logique de substitution, la ressource locale bon marché l’emporte même si elle impose une évolution des machines et des méthodes de production.