Synergies de mutualisation

Nouvel article

Le 22 avril 2014 par

Définition : Dans ce cas, les achats de matières premières ou de consommables sont groupés, la collecte et le traitement des déchets et effluents peuvent également être mutualisés. Les entreprises peuvent ainsi augmenter l’efficacité de ces opérations sur le plan économique et environnemental (économies d’échelle par la massification, réduction des transports, ...).

 

Lorsque plusieurs entreprises consomment ou rejettent le même type de flux, il est possible de mutualiser la fourniture ou le traitement de ces flux, ce qui permet des économies financières et environnementales. La mutualisation des besoins entre les acteurs économiques est également un moyen d’envisager la rationalisation et in fine la réduction de la consommation de ressources et des rejets polluants.

  • Mutualisation des entrants :

Lorsque plusieurs entreprises voisines utilisent le même type de vecteur énergétique (vapeur, air comprimé), il peut s’avérer intéressant d’en mutualiser la production. Une optimisation de cette production permet de rationaliser les coûts d’approvisionnement mais également, sur le plan environnemental, de diminuer la consommation énergétique des différentes entités.

Lorsqu’elles consomment le même type de matières, l’approvisionnement en commun de matières premières, de produits finis et semi-finis (logistique, achats groupés, etc.) peut permettre de négocier les prix avec les fournisseurs et de limiter le transport, coûteux sur les plans économiques et environnementaux.

 

  • Mutualisation des sortants :

Plusieurs entreprises ayant le même type de flux sortants (déchets et effluents) peuvent en mutualiser la collecte et le traitement. L’optimisation du transport permet là encore de réaliser des gains financiers et environnementaux.

Le groupement des volumes permet ensuite, dans certains cas, d’atteindre des quantités suffisantes pour des traitements plus intéressants comme la valorisation.