La Vallée de la Chimie

Le projet de la Vallée de la Chimie

Le 22 avril 2014 par

Entre 2006 et 2008, une étude sur l’écologie industrielle a été menée par des chercheurs de l’INSA de Lyon et des partenaires en ingénierie, avec le soutien de la DRIRE Rhône-Alpes et de la Région Rhône-Alpes. L’objectif de l’étude était d’établir un bilan des flux (matières, énergies, déchets) issus des principales activités de la Vallée de la Chimie en vue de dégager des synergies possibles entre les acteurs économiques présents. L’étude a été conduite à son terme.

 

Des chercheurs se sont penchés pendant deux ans sur la Vallée de la Chimie pour voir comment ce chapelet de zones industrielles pouvait améliorer son fonctionnement. Onze entreprises se sont impliquées dans la recherche (Adisséo, Arkema, Geipeif, GIE Casper, Lafarge, Novasys, GIE Osiris, Prayon, Rhodia, SARP Onyx, Tredi-Seché). Les travaux ont montré que les entreprises avaient déjà engagé des actions d’économie en matière de fonctionnement commun. Huit pistes d’amélioration ont été envisagées :

Emissions de carbone

Energie

Utilisation des bases et acides

Transports

Déchets et effluents aqueux

Biomasse

Emballages et conditionnements

Achats collectifs et négociation.

Trois domaines d’actions ont été retenus par la suite pour leur facilité de mise en œuvre. Les porteurs souhaitent aujourd’hui étendre le périmètre de l’étude à d’autres secteurs d’activités et à de nouvelles entreprises pour gagner en opportunités de synergie.

 

Sources :

Oct.2008 - http://www.enviscope.com/News/Thematiques/environnement/developpement-durable/Vallee-chimie-ecologie-INSA,i5974.html

Oct.2008 - http://envue.insa-lyon.fr/octobre08/focus2_1008.htm

Jan.2014 – Recueil des démarches d’écologie industrielle et territoriale, Orée, disponible sur le site d’Orée : http://www.oree.org/autres.html

 

De 2011 à 2013, la Vallée de la Chimie a été porteuse du projet EITANS (Ecologie Industrielle et Territoriale : ANalyse des facteurs Socioéconomiques et anthropologiques) mis en place à travers le programme COMETHE. Ce projet visait, en premier objectif, la définition et la caractérisation des facteurs socioéconomiques et anthropologiques susceptibles d’engager et/ou d’influencer une démarche d’écologie industrielle et territoriale. Le second objectif était d’évaluer la pertinence d’outils d’aide à la décision disponibles quant à la mobilisation des acteurs dans un processus d’écologie industrielle et territoriale.

 

Source : http://creidd.utt.fr/fr/projets/eitans.html

 

Pôle de compétitivité Axelera

 

Depuis une vingtaine d’années, la Vallée de la Chimie a une double ambition : faire évoluer ses industries vers une chimie durable et repenser ses villes pour y maintenir la population, malgré les nuisances. Un projet à long terme, actuellement en phase d’accélération. Développement durable, déplacements doux, écologie industrielle, biodiversité, cohésion sociale… sont autant de notions à l’ordre du jour de l’Agenda 21 « Vallée de la Chimie » mis en œuvre en 2007. Depuis 2005, l’adoption de ce plan d’action et la création du pôle de compétitivité chimie-environnement Axelera ont permis d’impulser une vaste réflexion sur l’avenir de la Vallée.

Créé en 2005, le pôle Axelera, à vocation mondiale, se développe autour de 5 thématiques : la chimie au service des marchés d’applications, la préservation des espaces naturels, le recyclage et la recyclabilité des matériaux, la chimie issue du végétal et l’usine du futur.

 

Sources :

Déc.2007 -http://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/Pdf/developpement_durable/A21_territoires/A21_Val_Chimie.pdf

Juil.2011 – http://www.lyon-info/?Axelera-veut-creer-l-usine-du

 

Coopérations locales découlant d’Axelera

 

Le Grand Lyon a accompagné l’Agenda 21 de la Vallée de la Chimie. Il a favorisé le rapprochement entre chimie et environnement au sein du pôle Axelera. Le pôle a donné lieu à des coopérations locales. Des chimistes et des pétroliers se sont rendu compte qu’ils pouvaient travailler ensemble sur des sujets proches. La chimie s’est orientée fortement vers les matériaux biosourcés ou « l’usine du futur » économe en matière et plus sûre. Des plateformes chimiques accueillent de nouvelles activités comme le recyclage des déchets DEEE ou de véhicules hors d’usage. 

 

Source :

Sept.2011 - http://www.enviscope.com/News/Thematiques/entreprises/Industrie-et-territoire-le-Grand-Lyon-joue-la-carte-de-la-chimie,i11863.html

 

L’Association pour le Développement Durable de la Vallée de la Chimie (ADDVC) regroupe 30 des principaux industriels de la Vallée et des communes engagés dans une démarche de développement durable. Cette synergie entre entreprises représentant plus de 8500 salariés a permis de fortement améliorer la mobilité grâce à un PDIE – Plan de Déplacement Inter-Entreprises initié dès 2007. Le covoiturage mis en place en 2009 représente aujourd’hui l’un des plus développés de France avec 1 300 inscrits sur la Vallée et 10500 sur le Grand Lyon.

 

Source :

Sept.2013 - http://www.enviscope.com/News/Thematiques/Transports/Vallee-de-la-Chimie-autopartage,i19858.html

 

Le pôle a labellisé en 2011 plusieurs projets industriels, dont le projet COLEOPTERE (recyclage des poudres de luminophores issues des lampes usagées basse consommation afin d’en récupérer les terres rares) porté par Rhodia et la plateforme ROBIN (production de vapeur à partir de déchets de bois pour le site industriel de Roussillon) portée par SITA. Il a également soutenu le projet de plateforme R&D GAYA, dédiée à la recherche de niveau européen sur la fabrication de bio-méthane à partir du bois, porté par GDF Suez. Le pôle a aussi été directement impliqué dans plusieurs initiatives du Programme d’Investissements d’Avenir lancé par l’Etat, notamment avec l’Institut d’excellence en énergies décarbonées INDEED dédié à l’usine du futur (labellisé en juin 2011), le projet structurant des pôles de compétitivité VALENTHIN sur la valorisation des rejets énergétiques industriels (soumis en septembre 2011) et l’IDEX de Lyon – Saint-Etienne. Le pôle a par ailleurs soutenu de nombreux autres projets en cohérence avec sa stratégie : AMI Ademe, Equipex, Labex, PFMI, Institut Carnot.

 

En 2012, trois projets de R&D montés par le pôle ont été clôturés et valorisés, avec des résultats technologiques et économiques significatifs pour les entreprises : DURAMAT (durabilité des matériaux, porteur Rhodia), LUMINOSURF (apport des nanomatériaux dans l’éclairage et les surfaces innovantes dans l’habitat et l’habitacle, porteur Philips Eclairage) et ALTERECO (valorisation énergétique des rejets à basses températures, porteur Arkema). Deux projets montés par le pôle ont été validés par l’Etat  : le projet de R&D BIONICOMP (amélioration des performances des composites à renforts biosourcés, porteur : la PME IONISOS) et le projet structurant des pôles de compétitivité (PSPC) VALENTHIN (VALorisation energétique des rejets THermiques INdustriels, porteurs : GDF SUEZ et Arkema).

 

En 2013, parmi les nombreux projets R&D financés avec le label AXELERA, citons trois projets FUI  : le projet PARC (procédé d’agglomération et de recyclage en compactés – porteur KERNEOS), le projet ECOSILAC (composites fibres naturelles modifiées par ionisation – porteur BLUESTAR Silicones) et le projet BOREAL (sécurisation des ouvrages hydrauliques par voie biologique – porteur SOLETANCHE BACHY).

 

Sources :

Déc.2011 - http://www.axelera.org/images/stories/images/presse/pdf/cp_bilan_2011_et_perspectives_2012.pdf

 

Nov.2012 - http://www.oxygen-rp.fr/pdf/Axelera_20121129.pdf

 

Déc.2013 - http://www.axelera.org/images/stories/images/presse/CP_Bilan_2013_et_perspectives_2014_AXELERA_05_12_13_vF.pdf